Pour choisir la longueur de vos articles, je vous propose d’aller à la découverte des enseignements de Google, Microsoft, Adobe… et Winston Churchill ! 

Avec un premier constat : le nombre de mots idéal pour un article de blog n’existe tout bonnement pas. Si la tendance actuelle est d’aller vers des articles de plus en plus longs, le débat est loin d’être clos ! En furetant sur le web et au fil de mes rencontres, j’ai été frappée de voir les différences de points de vue. Je me suis amusée à les synthétiser ici, en les classant en catégories. Dont la catégorie des « adeptes de Churchill » !

 

Catégorie 1 : ceux qui estiment que le lecteur est incapable de se concentrer plus de 10 secondes => moins de 100 mots.

Ceux qui sont persuadés que le lecteur est désespérément zappeur n’ont pas forcément tort ! Une étude de Microsoft Canada a montré que notre capacité d’attention sur le net était inférieure à celle d’un poisson rouge, soit 8 secondes. En tenant compte de la moyenne de lecture de 300 mots / minute pour un adulte, l’article idéal ferait 40 mots. L’article de blog « parfait » serait proche de celui du gourou américain du marketing, Seth Goldin : 66 mots et 6000 partages !

Seth Goldin, champion posts courts. Ici : 66 mots = plus de 6000 partages.

Seth Goldin, champion des posts courts. Ici : 66 mots = plus de 6000 partages.

Personnellement, laissez-moi douter de la capacité de n’importe quel rédacteur web à développer un article de moins de 100 mots qui puisse générer un minimum d’engagement. N’est pas Seth Goldin qui veut !

 

Catégorie 2 : les adeptes de l’étude Buffer => 1600 mots

Buffer est une plate-forme qui permet d’automatiser et de planifier vos partages sur les réseaux sociaux. En mars 2014, elle a publié une étude montrant que le temps moyen de lecture d’un article en ligne était de 7 minutes. Au-delà de cette limite, l’attention du lecteur s’épuise. Or 7 minutes de lecture correspondent à 1600 mots. CQFD

 

Catégorie 3 : ceux qui ne jurent que par Google => 2000 mots minimum

Pour satisfaire le moteur Google et bien se faire référencer, il faut être long, disent les experts du référencement naturel. La longueur idéale d’un article tourne autour de 2000 mots. A ce propos, je vous invite à lire l’article de Randy Ray, qui m’a aidé à rédiger ce papier.

Une chose est certaine, plus votre article est long :
– plus vous pouvez jouer avec différentes familles de mots-clés,
– plus vous pouvez introduire de niveaux de texte indexables,
– plus vous avez de chance d’obtenir des liens entrants
Autant de choses que Google aime.

Autre critère en faveur d’un rallongement des posts : l’algorithme Panda de Google, entré en scène en 2014. Notre « animal » est catégorique : il ne jure que par la qualité des articles, souvent synonyme d’expertise, elle-même souvent synonyme de longueur.

 

Catégorie 4 : ceux qui ne jurent que par le taux d’engagement et les partages => 3000 mots minimum

L’excellent Buzzsumo – un outil qui permet de tracker les tendances du web et les influenceurs les plus puissants – a réalisé en 2014 une étude sur les 10% d’articles les plus partagés aux Etats-Unis. Le résultat est sans appel. Les articles de plus de 3000 mots sont presque deux fois plus partagés que ceux de moins de 1000.

A relativiser cependant : il est fort probable que des médias déjà influents soient sur-représentés dans cette étude. Si vous débutez, vous n’avez peut-être pas encore de légitimité forte. Et vos articles, quelles que soient leurs longueurs, seront sans doute moins partagés que ceux du New York Times !

L'étude de Buzzsumo montre que les contenus les plus partagés sont les plus longs.

L’étude de Buzzsumo montre que les contenus les plus partagés sont les plus longs.

 

Catégorie 5 : ceux qui préfèrent Churchill aux quatre catégories précédentes !

« A good speech should be like a woman’s skirt : long enough to cover the important stuff, but short enough to be interesting ». Winston S. Churchill

Cette phrase s’adapte bien à une longueur d’article, non ? J’y adhère pour ma part entièrement : si votre message peut passer en 500 mots, je ne vois pas l’intérêt de « tirer à la ligne » pour respecter une règle hypothétique sur la longueur parfaite du post. Même si bien sûr il ne s’agit pas de minimiser les derniers algorithmes de Google ! Ou de ne pas prendre en compte l’impatience des internautes : selon une étude Adobe menée en France en 2015, 68% des internautes zappent le contenu s’il est trop long.

Ce post comporte quelque 800 mots, je vais m’arrêter là… en terminant juste par une dernière conviction : plutôt que de vous préoccuper de la longueur de votre article, cherchez plutôt à rester en phase avec votre ligne éditoriale et avec les attentes de votre cible !

etc&co vous accompagne dans la définition de votre positionnement et de votre ligne éditoriale. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site

 

 

 

Comments are closed.